• votre commentaire
  • Pour l'actu de la semaine, je vous propose un bon plan signé Gandalf.

    Notre Pass Education est reconduit pour le moment jusqu'en 2021. Petit rappel : ce pass permet notamment de visiter gratuitement les musées et monuments nationaux. Gandalf vous propose d'ailleurs une liste avec les endroits mentionnés dans la liste officielle et une liste avec de belles surprises même à l'étranger !

    La carte Pass Éducation est distribuée par les directeurs d'école et les chefs d'établissement. Vous devez vous renseigner auprès du secrétariat de votre établissement. Vous devrez fournir une photo d'identité.

    Pass Education reconduit


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Pour l'actu de cette semaine, je vous propose de faire un petit tour du côté des formations à distance. J'ai découvert récemment le site Koréva Formation. Soumis au contrôle pédagogique de l'Etat, ce centre de formation est privé, spécialiste de l'esthétique, de la coiffure et du bien-être. Si l'on regarde de plus près côté bien-être, on s'aperçoit qu'il est possible de suivre des formations en psychologie et notamment en psychologie de l'enfance.

    Dans notre métier, nous ne sommes jamais trop formés. Alors si cela peut vous servir, foncez !

    Koréva formation


    votre commentaire
  • Feu sur l'orthographe !

    Suite notamment à la lecture de cet article, je me suis posée un grand nombre de questions quant à la "nouvelle" réforme de l'orthographe. J'ai alors décidé de travailler la question au travers de L’orthographe rectifiée, présentée par Bernard CERQUIGLINI aux éditions Librio, 2016.

    Bernard CERQUIGLINI fut le délégué général à la Langue française qui a animé le groupe d’experts à l’origine de la réforme. Cette dernière a été demandée par Michel ROCARD, premier ministre en 1991.

    1ère partie du livre = Approche historique, politique et idéologique.

    C'est en 1635 que la fondation de l’Académie Française fut chargée selon ses statuts "de travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre Langue."

    En 1694 naissait le dictionnaire fondateur et prescripteur. A l’origine, la simplification de l’orthographe est pensée pour une large diffusion des textes sacrés dans la langue vernaculaire. Cette orthographe simplifiée, en concurrence avec la graphie traditionnelle, est pensée aussi pour les femmes à qui on n’enseigne pas le latin. La préface du dictionnaire souligne que la Langue française est latinisante, étymologique et élitiste (mémorielle et savante) ; toutefois, très complexe (poulmon, raffraischir, sçavant, teste, …). L’Académie entreprend un travail d’autocorrection dans sa 3ème édition du dictionnaire en 1740, avec l’apparition de l’accent circonflexe (refusé dans un 1er temps en 1694). En 1835, les terminaisons de l’imparfait et du conditionnel changent, et prennent -ais et non plus -ois (je regardois devient je regardais) ; le suffixe -ois est également remplacé par -ais (la Langue françoise devient la Langue française). En 1878, le tréma - poëme, poëte et poësie - disparaît au profit d’un accent. De 1932 à 1935 (8ème édition du dictionnaire), environ 500 graphies sont corrigées. En somme, depuis 1694, plus d’un mot sur deux a changé de physionomie. C’est un travail long entre réformateurs et conservateurs.

    En 1833, un enseignement primaire public sous François GUIZOT, ministre de l’Instruction Publique, est créé. Il est alors nécessaire d'établir une norme pour l'enseignement de l'orthographe.

    En 1975, quelques formes graphiques telles que bonhommie, charriot, … ainsi que les formes graphiques des verbes en -eler et -eter sont normalisées. L’accentuation du -e dans certains mots (allègement, règlementer, …) est modifiée. Le tréma apparaît sur la voyelle qui doit être prononcée (aigüe). Mais en 1986, on renonce à certaines de ces modifications orthographiques.

    Un décret du 2 juin 1989 créa un Conseil supérieur de la Langue française chargé d’étudier "les questions relatives à l’usage, à l’aménagement, à l’enrichissement, à la promotion et à la diffusion de la Langue française". Le 24 octobre 1989, Michel ROCARD demande au Conseil de se pencher promptement sur la question de l’orthographe. Excluant toute réforme, "qui modifierait les principes même de la graphie de notre langue et altérerait donc son visage familier", il exprima sa conviction que des "rectifications utiles" restaient à opérer.  "Il s’agit moins de modifier que de fixer ce qui ne l’est pas encore ; il ne s’agit pas de réformer, mais de former : de donner une forme unique aux mots à l’orthographe flottante et d’établir des règles pour les mots à venir."

    Une graphie n’est ni fixe, ni stable, ni immuable.

    "Les Français n’ont pas à rougir de leur orthographe, qui est dans l’ensemble régulière et plus cohérente qu’on ne le croit ; mais ils risquent de souffrir d’avoir cessé de la moderniser. Il s’agit en effet de notre écriture nationale." Tribune du Monde, signée entre autres Nina CATACH et Bernard CERQUIGLINI en 1989.

    2ème partie = présentation du rapport devant le Conseil supérieur de la Langue française avec réponse officielle du 1er ministre.

    3ème partie = le rapport avec analyse des principes, règles, graphies particulières fixées ou modifiées et recommandations aux lexicographes et créateurs de néologismes. 

    Les 5 points de réflexion à l’origine : le trait d’union, le pluriel des mots composés, l’accent circonflexe, le participe passé des verbes pronominaux et diverses anomalies.

    4ème partie = le mot des correcteurs du Monde.

     

    Pour vous aider à maîtriser le sujet, j'ai préparé un pdf incluant les règles des modifications orthographiques et une liste récapitulative des mots rectifiés. 

    Télécharger « Modifications orthographiques + liste des mots rectifiés.pdf »

    Je vous laisse vous faire votre propre opinion quant à la pertinence de l'article en entête. 

    Bonne lecture !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires